Love generation




Il y a plusieurs façons de se nourrir. Nous renouvelons le carburant moteur de notre corps, mais quand est-il de la nourriture du cœur? Il est souvent plus facile de faire des promesses d'amours à autrui qu'à soi-même.


Avez-vous déjà osé vous promettre d'apprécier les formes ou les marques que la vie laissera sur votre corps ? Aujourd’hui, si on prenait une photo de votre luminosité comment sortirait le cliché ? Coquin, inspirant, tellement lumineux qu'il en brûlerait la rétine ? Ou serait-il plutôt sombre, ordinaire, flou ou pire vous préfériez ne pas le voir ?!


C’est le travail d’une vie de s’aimer, mais encore faut-il le faire.


Par où commencer? Comment continuer ?


Une fois parent, on nous observe sous toutes nos coutures. Que perçoivent vos enfants? Voient-ils un parent inconfortable dans le corps qu’il habite ? Un gourmand qui refoule son plaisir de manger ? Un grand enfant blessé qui laisse encore son parent commenter son poids sans rien dire ? Je serais tellement curieuse de vous entendre !


Toute ma jeunesse, j’ai vu ma mère se dénigrer et avoir des comportements d’auto sabotage. Je me suis fait la promesse que jamais je ne serais comme elle. Je n’ai d’ailleurs jamais compris sa non-acceptation. Elle est tellement magnifique, mais elle est incapable de le voir. Et par le fait même, elle est incapable de voir la véritable beauté qui l’entoure. Elle a tendance à trouver des défauts physiques à tout le monde.


Cette fâcheuse tendance à nommer les défauts physiques des gens m'agace. J'ai toujours vu la beauté des gens dans leur regard, leur sourire et l'énergie qui émane d'eux. Je n'ai jamais laissé les commentaires de ma mère m'atteindre, et ce, malgré le fait qu’enceinte je deviens baleine, qu'en allaitant je deviens Dolly Parton et que lorsque je divorce je deviens Marie Laberge (watch out les cheveux gris)! Mais peu importe , car c’est cette enveloppe qui me permet de vivre mille et une aventures !


Au fil du temps, j’ai eu des conversations avec des amies qui m’ont dit avoir vécu la même chose, mais contrairement à moi, elles en sont encore complètement bouleversées et marquées au fer rouge ! En croyant être bienveillants, au nom de l’amour, de la santé et du regard des autres, ces parents ont créé des blessures qui resteront pour probablement toute une vie.


Je me dis qu'il est hors de question que je reproduise ce schéma. Malgré tout, ma fille du haut de ses 6 ans a parfois un discours qui me scie les deux jambes. Elle parle déjà d’épilation et de ventre gonflé ! Quel échec, pour moi la maman qui a acheté un cadre où c’est écrit : VIVE LE POIL LIBRE. Je ne dis jamais de commentaires sur son poids ni sur ce qu’elle mange... et pourtant elle trouve le moyen de se dénigrer... Pourtant si vous la voyiez ma Bibi d’amour. Une œuvre d’art.


C’est comme si ma famille était prise dans un cercle de la violence corporelle. J'ai l'impression que se dénigrer est pogné dans nos gênes, dans notre culture. Impossible de s’aimer complètement ! Impossible de ne pas avoir un discours négatif envers soi ! Quelle est l’issue ? Je ne l’ai pas encore trouvée, mais je me nourris de lecture inspirante pour essayer de changer, et surtout pour mettre fin à cette violence qui s'installe sournoisement. Je parle ici des filles, mais ce phénomène est aussi présent chez les garçons.


Je vous partage les livres que j’utilise pour cultiver mon jardin intérieur ainsi que celui de ma Bibi afin que ses roses aient le moins d’épines possible.


Suggestions de livres pour les Mamacitas :


  • Jocelyne Robert ; tout son œuvre est pertinent ! TOUTE !!!

  • S’aimer de Marcia pilote

  • La grosse laide de Marie-Hélène Hébert (percutant!)

  • Rentrer son ventre et sourire de Laurence Beaudoin-Masse

Si vous ressentez le besoin d’aller creuser plus loin je vous invite à consulter le site internet de st-amour, la clinique. www.stamourlaclinique.com



Suggestions pour vos minis :

  • Lili macaroni, je suis comme je suis !

  • Cher corps, je t’aime

  • Le pelleteur de nuages (de mon formidable Simon Boulerice)

  • Fourchon (un des premiers livres que j’ai lu à ma Bibi et mon Chacha)

  • L’ours brun qui voulait être blanc

  • Interdit aux éléphants (un classique !)

  • Poil aux pattes

  • André au long nez


Je n'ai pas de solution miracle, mais comme le chantait si bien Yvon Deschamps...


Aimons-nous quand même

Aimons-nous jour après jour


Texte rédigé par: Mitsou Fleurent, grande fofolle, maman de deux humains, amie de la planète, mais surtout de la nutri derrière Nutrimini.

https://www.youtube.com/watch?v=v0NSeysrDYw

421 vues0 commentaire

Mont Tremblant

Piedmont,  Prévost,  Saint-Jérôme

Montréal

Mélanie Magnan

Nutritionniste Dt.P

Membre de l'OPDQ

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • Pinterest - Gris Cercle