Mont Tremblant

Piedmont,  Prévost,  Saint-Jérôme

Montréal

Mélanie Magnan

Nutritionniste Dt.P

Membre de l'OPDQ

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle
  • Pinterest - Gris Cercle

Trucs faciles pour aider vos enfants à goûter à de nouveaux aliments



En 2012 je n'ai pas encore d'enfant. Ma meilleure amie a, à l'époque, un fils de 2 ans. Elle me téléphone découragée. Son fils ne veut rien manger qu'elle me dit! Elle lui a fait des moules pour souper et il a refusé d'y goûter!

"Des moules?!?!" Je lui dis: "Es-tu folle?". Elle me répond "Ben non! J'ai lu que les enfants adorent ça car ils peuvent faire de petites pinces avec les coquilles et jouer à les manger comme ça". Je lui réponds: "Ben voyons, fais-lui du pâté chinois ou du macaroni et il va manger".

En 2016, j'ai un fils de 2 ans... Bien devinez quoi? Je ne lui sers pas juste du pâté chinois et du macaroni. Je l'expose à tout ce que je peux. Non il ne goûte pas toujours, mais ce n'est pas ça qui compte.

Une première rencontre est toujours intimidante. Dites-vous que lorsque vous servez un nouvel aliments à votre enfant, c'est comme s'il allait à un premier rendez-vous. Il est gêné et il ne sait pas trop quoi faire. Il faut lui laisser du temps pour se familiariser avec la nouveauté.

Il refuse de goûter à ce que vous venez de lui servir? Ce n'est pas grave. Ça risque de se reproduire des millions de fois. Dites-vous qu'un enfant peut être exposé de 20 à 30 fois à un aliment avant d'accepter d'y goûter! Mon conseil numéro 1 est donc de continuer à offrir de la nouveauté sans vous décourager!

Mon conseil numéro 2 est de vous mordre la langue lorsque vous offrez un nouvel aliment à votre enfant. Je déteste les olives, pourtant hier j'en ai offert à mon fils. Ma mère s'est exclamé "Voyons il mangera pas ça!" alors qu'il avait le doigt dessus. Il a ensuite refusé d'y goûter. J'ai chicané ma mère...

On transmet parfois, sans s'en rendre compte, nos propres perceptions, goûts et dégoûts à nos enfants. Pour ne pas les influencer, on devrait offrir les nouveaux aliments en les nommant, sans en faire tout un plat. "Je mets les olives sur la table, prends-en une si tu veux". Les enfants réagissent mal à la pression. Plus vous pousserez pour qu'il goûtent un nouvel aliment, moins ils voudront le faire.

Mon conseil numéro 3 est de préparer votre enfant à ses premières rencontres. Au même titre qu'on se met beau ou belle pour aller à un premier rendez-vous, on peut aussi préparer nos enfants à leurs premières rencontres alimentaires. On s'entend pour dire qu'un "blind date" est plus stressant qu'un rendez-vous arrangé avec quelqu'un dont on connaît déjà l'identité. C'est pareil pour nos petits. S'ils savent déjà à quoi ressemble un artichaut, ils seront beaucoup moins stressés quand celui-ci se retrouvera dans leur assiette.

Comment pouvez-vous préparez vos enfants? En les emmenant faire l'épicerie avec vous, en regardant des imagiers de nourriture, en jouant au restaurant ou au cuisinier! L'idéal est de les exposer à une tonne d'images ou d'objets en lien avec la nourriture afin qu'ils se familiarisent avec de nouveaux aliments à l'extérieur des temps de repas. Profitez des moments de jeu pour leur apprendre du nouveau vocabulaire, discuter des différents goûts (sucré, salé, amer...) ou encore des différentes textures. En leurs apprenant à qualifier les aliments, vos enfants seront plus facilement en mesure de vous expliquer pourquoi ils aiment ou non un certain plat. Les repas seront ainsi beaucoup moins stressants.

Je viens de sonner une cloche? Vous vous demandez par quoi commencer? Je prépare pour vous cette semaine 2 capsules d'idées cadeaux de Noël pour vous aider à exposer vos enfants à la nourriture.

#Goûter #Pickyeater #Enfantdifficile